dimanche 13 juillet 2014

Qu’appelle-t-on la Loi Pinel et quelles sont les nouveautés de la réforme des baux commerciaux ?





Il s’agit de la Loi n° 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l'artisanat, au commerce et aux très petites entreprises publiée le 19 juin 2014 au Journal Officiel.

Cette loi a pour objectif de soutenir une offre commerciale et artisanale diversifiée sur le territoire français en favorisant le développement des très petites entreprises.

La loi répond à quatre objectifs complémentaires, appuyés par des mesures concrètes :

Dynamiser les commerces de proximité, en rénovant le régime des baux commerciaux ;
Favoriser la diversité des commerces dans les territoires, notamment les plus fragiles, en renforçant les leviers des pouvoirs publics et en modernisant l’urbanisme commercial ;
Promouvoir la qualité et les savoir-faire de nos artisans, en clarifiant le statut des artisans ;
Simplifier et harmoniser les régimes de l’entreprise individuelle, en créant un régime unique de la micro-entreprise et en facilitant l’accès à l’EIRL.

Par conséquent, pour la location d’un local commercial, il convient de tenir compte des dispositions prévues dans cette nouvelle loi.

Quelles sont les nouveautés de la réforme des baux commerciaux ?

La Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre) nous indique :

« À partir du 1er septembre 2014, en cas de déplafonnement, l’augmentation des loyers commerciaux est limitée à 10 % par an.

Le bailleur doit désormais établir un état des lieux à l’entrée et à la sortie des locaux et, à partir du 1er septembre 2014, intégrer au contrat de bail un inventaire de la répartition précise des charges, impôts, taxes et redevances qui incombent au locataire.

À partir du 1er décembre 2014, en cas de vente du local commercial, un droit de préférence envers le locataire est institué, rendant obligatoire pour le bailleur de proposer en priorité au locataire en place l’achat des murs de commerce à vendre.

Le droit des baux dérogatoires est étendu à partir du 1er septembre 2014 : un nouveau commerçant peut signer un bail dérogatoire de 3 ans, au lieu de 2, afin de pouvoir tester son activité sans s’engager sur une longue période.

Le bail précaire ou dérogatoire permet au locataire de quitter les lieux avant la fin du bail, en dérogeant au bail commercial classique avec lequel le locataire ne peut donner congé qu’au bout de 3, 6 ou 9 ans. Sa durée maximale est portée de 2 à 3 ans.

La loi autorise la déspécialisation partielle du bail par le tribunal en cas de procédure collective. L’objectif de ce nouveau dispositif est de faciliter la reprise d’un commerce en liquidation par un repreneur présentant un projet incluant une activité connexe (vente de cadeaux au sein d’une librairie par exemple). »

Vous souhaitez des informations complémentaires sur les nouvelles réglementations des baux commerciaux?

Notre Cabinet possède une grande expérience des baux commerciaux et  intervient à la fois pour les bailleurs ou les locataires.

Contacter le Cabinet Benoît VETTES, Avocat compétent et expérimenté en droit des baux commerciaux pour bénéficier de la meilleure assistance.

Tél  : 02.35.77.37.17

PME, Cabinets immobiliers, gestionnaires institutionnels, bailleurs privés, bailleurs sociaux : découvrez Juris-abonnement.com , votre solution d'assistance juridique et de consultation juridique par une équipe d'Avocats expérimentés en droit immobilier, en droit de la copropriété et en droit de la construction.



Musclez vos décisions avec Juris-abonnement.com  : offrez-vous un service juridique sur mesure, simple, rapide avec un budget maîtrisé pour sécuriser votre activité!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire